fbpx
Quels sont Les 4 Principes d’une Relation Client Réussie ?

Quels sont Les 4 Principes d’une Relation Client Réussie ?

La relation client est le principe fondamental de la réussite de votre entreprise. Sans client, votre activité entrepreneuriale n’a aucune raison d’exister ! Établir une stratégie pour acquérir de nouveaux clients et fidéliser les anciens doit être votre préoccupation principale. Tous les membres de votre équipe doivent y contribuer. Que ce soient le service marketing et communication, le service commercial, le service des réclamations, la relation client doit être une véritable culture d’entreprise. La relation client doit être le cœur qui fait battre le pouls de votre société. Vous avez tout à y gagner. C’est pourquoi je vous invite à découvrir ou redécouvrir les 4 piliers d’une relation client réussie.

 

Principe n° 1 de la relation client : l’écoute

Pour une relation client réussie, il est assez évident que l’écoute est le principe par excellence. Une entreprise sans client est une entreprise qui ne vend pas et donc qui perd sa raison d’être. Or pour vendre à des clients, il est nécessaire de savoir ce dont ils ont besoin. Et pour ça, il faut les interroger et les écouter. Ce raisonnement peut paraître basique, mais ô combien sous-estimé, voire négligé !

Les clients sont comme vous et moi, ils aiment qu’on les considère, qu’on leur propose des solutions à leurs problématiques, qu’on les accompagne dans leur volonté de changement. Si vous comprenez qu’un achat, quel qu’il soit est déjà un mouvement vers une transformation, vous avez une longueur d’avance sur beaucoup de vos concurrents. À partir du moment où il faut sortir le portefeuille, le client a peur de faire le mauvais choix.

En écoutant votre client, vous installez une relation de confiance. Vous permettez le dialogue et la considération. Il est donc plus détendu et davantage ouvert aux propositions que vous pourriez lui faire. Il en découle une certaine satisfaction dont l’action sur les décisions d’achat est déterminante.

On n’achète qu’avec les émotions. Le cerveau ne vient qu’en 2de position pour confirmer l’intention initiale.

Écouter vos prospects et vos clients c’est donc vous assurer :

  • de nouveaux marchés ;
  • un accroissement de votre CA ;
  • un avantage concurrentiel ;
  • une relation de qualité ;
  • une fidélisation renforcée.

Ce 1er coup de pelle à vos fondations entrepreneuriales garantit une relation client basée sur la satisfaction qui doit perdurer tout au long du processus organisationnel. Ce qui signifie qu’écouter n’est pas uniquement le rôle du service commercial. Vous et tous vos collaborateurs devez être attentifs à vos clients, de l’accueil jusqu’au service des réclamations !

 

 

Principe n° 2 de la relation client : l’incarnation des valeurs de l’entreprise

À bien y regarder, la satisfaction client et la satisfaction des collaborateurs sont les deux faces d’une même pièce. En tant qu’entrepreneur, vous incarnez vous-même les valeurs de votre entreprise. Il s’agit du même principe avec vos équipes. Prenez soin d’elles. Il y a d’un côté l’organisation perçue en interne et celle perçue par vos clients. S’il n’y a pas de cohérence, la confiance ne s’installe pas.

Prenons un exemple. Vous vous rendez dans un restaurant ou une boutique dans laquelle on vous accueille bien, mais rapidement vous sentez un malaise entre les employés. Si vous assistez en plus à une prise à partie du responsable sur l’un des salariés, là c’est carrément malaisant. Que pensez-vous de cette boutique ? Quelle impression vous laissera ce restaurant ? Je suis prête à parier que vous n’y retournerez pas.

Et bien avec vos clients et votre entreprise, c’est exactement la même chose. Si vous voulez qu’ils se sentent à l’aise, en confiance, il est important que la satisfaction se fasse à tous les niveaux. Soyez attentifs et attentionnés. Cela ne signifie pas que le client peut tout se permettre. Mais en lui accordant du temps, vous le rassurez sur le devenir de votre relation et de votre partenariat. Il n’aura pas la désagréable impression que vous ne vous intéressez à lui que pour son portefeuille.

Principe n°2, si vous voulez que vos clients achètent les produits ou services de votre entreprise et qu’ils vous soient fidèles, chouchoutez-les tout le temps !

 

Principe n° 3 de la relation client : l’approche omnicanale

Alors qu’il y a encore quelques années, la relation client était morcelée selon le canal par lequel il venait à vous. Aujourd’hui, la multiplication des canaux de communication et de distribution oblige à repenser toute l’organisation commerciale et communicationnelle de votre entreprise.

Par exemple, un client vous connaît grâce à vos publications sur les réseaux sociaux, puis il vient visiter votre site. Il voit que vous avez un point de vente physique. Il se déplace donc pour vous rencontrer et voir les produits ou services que vous proposez directement. Enfin quelques jours plus tard, il passe sa commande sur Internet et souhaite être livré chez lui. En connectant tous vos outils numériques dans le seul et unique but, faire un suivi précis du parcours client pour le satisfaire le plus rapidement possible et dans les meilleures conditions, et bien, c’est ce que l’on appelle un parcours d’achat omnicanal. Votre client a pu utiliser tous les moyens mis à sa disposition pour acquérir le bien ou le service dont il avait besoin.

Pour vous, c’est exactement la même chose. Que vous ayez ou non un magasin ne change pas nécessairement la donne. En revanche, votre présence sur Internet est indispensable. Les réseaux sociaux et votre site doivent :

  • Être cohérent avec votre marque (charte, ton éditorial, proposition de valeur, etc.).
  • Être des outils pour attirer vos prospects et fidéliser vos clients.

L’expérience client doit donc être au cœur de votre structure. Tout doit être fait pour qu’il se sente informé et que le parcours lui soit facilité.

 

Principe n° 4 de la relation client : la gestion des réclamations

Ce 4e principe qu’est la gestion des réclamations client est un principe là aussi extrêmement négligé. Bien trop souvent, l’insatisfaction client est considérée comme pénible, une perte de temps et surtout comme une plainte infondée de nos partenaires. Or il n’en est rien !

Prendre en compte l’insatisfaction exprimée de vos clients est non seulement indispensable, mais peut-être vu comme un aspect très positif pour la réussite votre relation.

Encore une fois, l’écoute est votre atout principal, car elle permet :

  • La possibilité d’une expression de la part de vos clients.
  • L’occasion d’échanger avec eux.
  • Une réponse adaptée à leurs besoins.
  • De vous améliorer constamment grâce à leur retour d’expérience.

La gestion des réclamations est une mine d’informations. Ce sont des pépites qui sont de véritables leviers pour votre croissance économique et pour faire la différence face à la concurrence. N’oubliez jamais qu’un client insatisfait est un client potentiel pour vos concurrents.

Par conséquent, gérer les réclamations ne se limite pas à la seule prise en compte de l’insatisfaction. Vous devez créer un plan de gestion, c’est-à-dire mettre en place les conditions satisfaisantes pour accuser réception des réclamations, mais aussi de vous engager à y répondre rapidement et de façon transparente.

Bien souvent, la gestion des requêtes est opaque et traîne en longueur. La conséquence est qu’elle génère de la frustration, voire de la colère. Si vous, ou vos collaborateurs, accueillez les doléances avec empathie et bienveillance, les échanges seront bien souvent apaisés et de bonne foi.

De plus, une entreprise a besoin de s’adapter en permanence si elle veut durer. Or comment faire si vous n’accordez aucune importance aux retours qui vous sont faits ? C’est impossible ! Pour avancer et vous développer, il est nécessaire d’ajuster en permanence vos produits, vos services, votre communication. Des clients préfèreront toujours être considérés comme des partenaires. Ils vous seront fidèles même si ce que vous leur vendez n’est pas le meilleur sur le marché. Alors, pensez-y la prochaine fois que l’un d’entre eux aura quelque chose à vous dire.

 

Pour une relation client réussie, l’écoute, la bienveillance, l’empathie et l’anticipation des besoins sont donc la base de toute vie entrepreneuriale. Ce sont vos clients qui vous permettent de gagner votre vie et celle de vos collaborateurs. Avoir une réelle conscience des enjeux vous donne assurément un temps d’avance sur vos concurrents. Bien trop souvent, une fois le produit ou le service vendu, tout le monde est aux abonnés absents. Or un client insatisfait et frustré est un futur client pour les autres entreprises de votre secteur. Soyez donc régulièrement à l’écoute de ce qu’ils disent, même lorsqu’ils semblent satisfaits de la relation. Intégrez ces 4 principes, anticipez et ne vous endormez pas sur vos lauriers. Vous ne pourrez que vous en féliciter. Si vous voulez aller plus loin, le programme 360 Business Tour a été créé pour accompagner toutes les entrepreneures qui souhaitent mettre leurs clients au cœur de leur entreprise. Joignez-vous à l’aventure !

Pourquoi et Comment Gérer ses Emotions en Entreprise ?

Pourquoi et Comment Gérer ses Emotions en Entreprise ?

Dès notre plus jeune âge, nous ressentons des émotions. Elles sont au nombre de 6 pour les émotions primaires : joie, tristesse, surprise, peur, colère et dégoût. Puis nous les déclinons subtilement au fil de l’âge en émotions secondaires. Nous vivons donc dans un monde d’émotions depuis que nous sommes bébés. En grandissant, nous apprenons au contact de nos parents, des autres et de la collectivité à les manifester ou a contrario à les enfouir. Les émotions sont donc tour à tour encouragées ou circonscrites. Le monde de l’entreprise n’y fait pas exception. Alors qu’il y a quelques années, il était impensable de laisser ses émotions s’exprimer, ou à moindre mal, la joie et l’enthousiasme, il est aujourd’hui admis, voire accepter, de les faire surgir au grand jour. Mais est-ce si vrai ? Pourquoi faut-il malgré tout apprendre à gérer ses émotions au travail ? Comment gérer ses émotions en entreprise ? Je vous dis tout dans cet article.

 

Gérer ses émotions en entreprise, qu’est-ce que ça veut dire ?

Les émotions sont des réactions affectives de grandes intensités, qu’une ou plusieurs stimulations extérieures ont provoquées. Les émotions n’ont donc rien de logique. Elles sont une réponse à un environnement, une situation particulière. Chacune des émotions a donc un impact sur notre propre personne, sur notre bien-être, mais également sur les autres.

De la même manière que pour vivre en société, il est important de ne pas se laisser envahir par ses émotions, il en est de même dans le monde du travail et de l’entreprise. La gestion des émotions est donc un apprentissage. Il s’agit en effet de parvenir à se contrôler et s’adapter à son environnement et aux gens qui le composent. Si nous laissons les émotions prendre le dessus, nous sommes dans la réaction et non plus l’action, nous laissons guider par les circonstances et le contexte. Qu’ils nous soient favorables ou non.

Gérer ses émotions a donc tout à voir avec le fait de vivre et travailler avec les autres dans le cadre d’une entreprise. Si chacun d’entre nous ne se contrôle pas, ne maîtrise pas ses émotions, cela devient ingérable pour le groupe et le travail d’équipe. Il n’y a plus d’échange possible, de collaboration et donc d’exécution des tâches dans un climat serein.

 

La gestion des émotions en entreprise est une nécessité pour être :

  • En phase avec soi et ses valeurs.
  • En interaction avec les autres et force de proposition.

Pourquoi gérer ses émotions en entreprise est important ?

Le principal objectif de la gestion des émotions en entreprise est de permettre leur expression de façon claire et bienveillante, c’est-à-dire sans agressivité ni violence, envers vous-même, comme envers les autres. La considération doit être des deux côtés.

La gestion des émotions en entreprise donne la possibilité à chacun de vivre ensemble et de faire avancer le développement de l’entreprise dans la même direction.

Par exemple :

Vous devez animer une réunion d’équipe à l’attention de potentiels clients pour les convaincre d’acheter et d’utiliser la solution que vous proposez. Mais pour ce faire, vous avez besoin des derniers chiffres que le service de production a en sa possession, et le collègue à qui vous les avez demandés tarde à vous les transmettre.

Deux possibilités s’offrent à vous :

  • Soit vous vous laissez envahir par votre stress et lui hurler dessus à la première occasion en le traitant de tous les noms.
  • Soit vous lui expliquez clairement la situation, en lui faisant part de votre inquiétude et des conséquences qui peuvent en découler.

Laquelle des deux est préférable ? La seconde très certainement. Non seulement, car vous êtes capable de prendre du recul sur la situation d’expliquer les tenants et les aboutissants, mais aussi, car vous faites appel à l’empathie de votre collègue qui comprend beaucoup mieux les enjeux grâce à cette explication. Dans ce cas, tout le monde est gagnant et il y a de fortes chances que vous ayez très rapidement les informations demandées !

Nous passons une très grande partie de notre quotidien, si ce n’est la majeure partie, au travail. L’environnement professionnel et la vie en entreprise sont par conséquent source de nombreuses émotions, y compris négatives, qui peuvent être exacerbées. :

  • La frustration de ne pas être reconnu à sa juste valeur.
  • La peur de perdre son emploi.
  • La colère de ne pas percevoir une meilleure rémunération.

Pour que la situation avec ses collègues ou ses supérieurs ne dégénèrent pas, il est fondamental d’apprendre à les identifier et de pouvoir les exprimer, mais pas n’importe comment : avec assertivité !

 

Comment gérer les émotions en entreprise ?

Identifier et comprendre l’origine des émotions au travail

Pour pouvoir gérer ses émotions intelligemment, il est important de les identifier et donc de bien se connaître. En prenant du recul et en observant attentivement le contexte qui génère chaque émotion, vous êtes en mesure de comprendre ce qu’elle touche en vous pour vous faire réagir.

Par exemple, si vous détestez l’injustice et qu’un de vos collègues s’attribue les aspects positifs d’un travail d’équipe, il est fort probable que cette situation provoque de la colère. Or cette émotion, non maîtrisée, risque de vous faire tenir des propos que vous pourriez regretter par la suite.

Autre exemple. Cela fait des mois que vous travaillez sur un dossier sans compter votre temps ni votre investissement personnel. Or le jour de la distribution des augmentations, vous ne faites pas partie des heureux élus, et ce pour la 3e année consécutive. Là encore, la frustration peut vous pousser à adopter un comportement et des propos qui pourraient être inappropriés.

D’ailleurs, faire preuve d’intelligence émotionnelle au travail, que ce soit en tant que manager ou collaborateur est un atout très recherché aujourd’hui.

 

Les techniques pour une bonne gestion des émotions

Que ce soit lors d’un accompagnement, d’un coaching ou d’une formation, des techniques de communication aident à titre individuel et collectif à gérer ses émotions et à s’exprimer sans peur ni colère.

L’écoute active

En matière de management, elle est le point de départ de toute véritable communication. En situation d’écoute active, vous :

  • faites part de votre empathie. Vous vous mettez à la place de votre interlocuteur pour véritablement comprendre ce qu’il vous dit.

vous rendez disponible : vous ne faites rien d’autre en même temps. Vous êtes ici et maintenant avec votre collègue ou collaborateur.

  • reformulez : vous montrez ainsi votre intérêt et votre compréhension du sujet abordé.

La technique du DESC

Pour un manager charismatique, maîtriser cette technique de communication est d’une efficacité redoutable pour éviter les conflits avec un collaborateur. Afin de ne pas se laisser déborder par ses émotions, que vous soyez manager ou collaborateur, utiliser le DESC permet de sortir de situations conflictuelles, de se centrer sur l’objectif de la discussion et de construire un argumentaire.

Voici son fonctionnement :

  • D pour Description des faits 

Vous rentrez dans le vif du sujet et décrivez les faits, et rien que les faits de façon très précise, la plus objective possible, et sans jugement. Cela apprend à prendre du recul, à ne pas confondre fait et opinion (plus difficile qu’il n’y paraît) et de conserver une certaine neutralité.

  • E pour Expression des émotions

Une fois les faits exposés, il s’agit d’exprimer l’émotion ressentie face à ces faits. Concentrez-vous sur le « je » et pas le « tu » ni le « vous ». Ne soyez pas accusateur, mais authentique dans l’évocation de vos émotions.

  • S pour Solutions

Lors de cette étape, il s’agit de trouver une solution à la problématique évoquée. Impliquez votre interlocuteur pour qu’il soit force de proposition dans la résolution, quitte à se faire aider de moyens ou d’outils pour y parvenir.

  • D pour Conclusion

Pour mettre un terme à cet échange, il faut reformuler clairement les engagements et valoriser tout ce qui a été positif lors de l’échange. Ainsi le collaborateur n’est pas mis en accusation. La discussion a été constructive.

 

 

L’intelligence émotionnelle, que ce soit en matière de management ou de relation humaine, est une qualité incontestable dans le monde de l’entreprise et la vie professionnelle en général. Certaines personnes sont douées naturellement. Pour ceux qui le sont moins, des formations sont accessibles pour apprendre à renforcer ses compétences, pour bénéficier de conseils sur des situations particulières, pour permettre un processus de développement de culture d’entreprise. Il est tout à fait admis que permettre l’émergence des émotions dans la sphère professionnelle peut être source de créativité, mais elle ne doit pas se faire au détriment du bien-être de chacun et de la performance de l’entreprise. Grâce à mon programme de formations 360 Business Tour, faites décoller votre entreprise et soyez l’entrepreneur de vos rêves !

 

 

Le Calendrier Editorial : un Indispensable pour son Organisation

Le Calendrier Editorial : un Indispensable pour son Organisation

Outil indispensable pour votre stratégie de contenu, le calendrier éditorial permet une gestion efficace de vos publications marketing sur vos différents canaux de communication. Tout entrepreneur se doit d’en avoir un. Que vous soyez blogueur, freelance ou chef d’entreprise, à partir du moment où vous êtes présent sur le web et les médias sociaux, il est votre meilleur allié. Le calendrier éditorial est un véritable atout pour la cohérence de votre ligne éditoriale sur le long terme. Voici le guide pour créer votre calendrier éditorial pas à pas et atteindre vos objectifs plus facilement.

 

Quels sont les avantages d’un calendrier éditorial ?

Le calendrier éditorial, également appelé planning éditorial ou calendrier de publication, est un instrument extrêmement flexible et à votre image. Il permet d’établir à l’avance les sujets que vous souhaitez traiter et les publications que vous voulez poster.

Par exemple j’utilise le mien pour planifier :

  • les articles sur mon blog ;
  • les posts sur les réseaux sociaux ;
  • la newsletter ;
  • les vidéos.

Quitte à être visible sur le numérique, autant que cela soit pertinent. Et là le calendrier éditorial à de nombreux avantages et permet notamment de :

  1. Gagner du temps. Vos sujets sont écrits à l’avance, vous n’avez pas à les chercher le jour J et vous évitez les pannes d’inspiration.
  2. Conserver la cohérence de votre ligne éditoriale. Vos publications restent pertinentes et alignées dans le temps grâce à cette vue d’ensemble.
  3. Améliorer votre organisation. Vos publications sont rythmées, votre blog est actif y compris en votre absence.
  4. Assurer un suivi de vos publications et de leur performance pour voir ce qui fonctionne le mieux.
  5. S’adapter à votre actualité. En cas de lancement de produit ou de publicité, il est plus facile de faire preuve de souplesse quand on sait où on va.

Comment créer un calendrier éditorial efficace ?

Vous l’aurez compris, sa construction doit répondre à des besoins. Et pour les définir, voici les questions auxquelles il faut répondre :

  • Pour qui : qui est votre persona ? À qui s’adressent vos contenus ?
  • Pourquoi : quel est l’objectif de votre stratégie d’inbound marketing ?
  • Pour quoi : quelle est l’action attendue ?
  • Quoi : quelles thématiques ou questions sont posées par votre client idéal ?
  • Quand : quelle doit être la fréquence de publication ?
  • Comment : quel média va être le plus pertinent pour toucher ma cible ?
  • Par qui : quel rédacteur ou community manager va être en charge de vos canaux si vous travailler en équipe ?

En travaillant et définissant chacune de ces occurrences vous créez un calendrier éditorial pertinent et performant. Vous suivez vos objectifs avec précision et pouvez réajuster régulièrement son contenu. En effet, comme le plan de trésorerie  est votre instrument de conduite financière de votre entreprise, le planning éditorial est un outil de pilotage de votre communication.

Il doit donc :

  • vous ressembler ;
  • ne pas être figé dans le temps ;
  • s’adapter à l’évolution de votre stratégie web.

Quels outils sont intéressants pour créer un calendrier éditorial ?

De nombreux outils sont aujourd’hui disponibles gratuitement. Certaines fonctionnalités peuvent être payantes selon si vous travaillez en équipe ou avez des besoins spécifiques.

Les informations à intégrer sont les suivantes :

  • Le type de contenu : article de blog, post réseaux sociaux, vidéos, etc.
  • La thématique : les catégories que vous traitez et qui correspondent aux différentes questions que se pose votre client idéal.
  • Le statut : votre publication est-elle à rédiger, en cours, planifiée, en attente de validation, publiée ?
  • La destination : sur quel média votre contenu sera communiqué ? Votre blog, Twitter, Facebook, Instagram, LinkedIn, etc.

En voici 4. Testez et choisissez celui qui vous convient le mieux afin qu’il vous ressemble et qu’il soit pratique d’utilisation. L’objectif est de l’utiliser régulièrement.

Agenda papier ou électronique

On l’oublie souvent, mais les agendas peuvent très pratiques. Qu’ils soient papier ou électronique, ils permettent d’avoir une vue d’ensemble très facilement si votre besoin est relativement simple.

L’avantage d’un agenda papier est qu’il n’a pas besoin de prise électrique, de connexion wifi, pas besoin d’appli ni d’abonnement, se met dans un sac très facilement, est consultable tout le temps et ajustable en permanence. Petite pensée pour les amoureux du crayon et du papier !

Excel ou la suite Google drive

Modulable à volonté, un fichier Excel ou Google Sheet font également très bien l’affaire. Si vous êtes freelance et que le calendrier éditorial n’est créé que pour votre besoin, il peut tout à fait suffire. Simple d’utilisation : des colonnes, des onglets, des filtres et de la couleur sont aussi intéressants que des outils dédiés.

Trello

Conçu comme un tableau de bord, Trello propose des fonctionnalités intéressantes quand plusieurs projets sont menés de front par plusieurs interlocuteurs.

Grâce à ces étiquettes déplaçables indéfiniment, vous organisez votre tableau de bord comme vous l’entendez. Vous pouvez également le découper en jour, semaine, mois, par ordre chronologique. Vous inscrivez toutes vos idées de contenus, vous les rédigez, vous incluez des photos, des liens.

Il est aussi très simple d’utilisation, fonctionnel et plus poussé que les deux premiers outils.

Notion

Notion est typiquement l’outil de planification éditoriale par excellence.

Il s’adapte à vos besoins puisque c’est vous qui le construisez. Il n’est pas intuitif, c’est son défaut. En revanche, une fois que vous l’avez pris en main, vous en faites absolument tout ce que vous voulez. Il complète les fonctions de Trello, mais va plus loin puisqu’il permet le travail d’équipe, voire le partage avec ses clients.

C’est un bureau virtuel qui mélange les bases de données, qui crée des liens et vous donne accès à toutes les informations dont vous avez besoin.

 

Votre présence sur Internet et les réseaux sociaux ne peut plus se faire au fil de l’eau. Pour garder une cohérence et la performance de votre communication, le calendrier éditorial est un outil indispensable. Grâce à lui, vous pilotez votre communication, vos messages, leurs fréquences. Quelle que soit la taille de votre entreprise, de nombreux outils sont disponibles, il ne reste qu’à essayer et adopter celui qui vous convient. Mon activité d’assistante administrative demande une organisation parfaite, pour moi, comme pour mes clients. J’en crée régulièrement pour eux, contactez-moi pour construire le vôtre !

Conseils Pour Réussir Votre Communication sur les Réseaux Sociaux

Conseils Pour Réussir Votre Communication sur les Réseaux Sociaux

Vous avez décidé de sauter le pas et d’être présent sur les réseaux sociaux ou de les utiliser pour votre communication d’entreprise ? Bravo ! Il n’est pas toujours facile de se lancer. Mais encore faut-il savoir pourquoi vous le faites. Car avoir une présence numérique ne se fait pas à la légère. Elle doit être réfléchie au risque de n’être d’aucune utilité, voire de vous desservir. Obtenir des résultats à la hauteur de ses attentes est donc étroitement lié à la mise en place d’une stratégie, la vôtre. Je vous invite donc à construire votre stratégie digitale pour réussir votre communication sur les réseaux sociaux.

 

Fixez-vous des objectifs

On parle beaucoup d’objectifs, pour son entreprise, pour ses investissements, pour ses équipes. Il en va de même pour sa communication. Pour qu’elle soit efficace, vous devez savoir quels intérêts elle doit servir, quels sont les résultats attendus, afin d’adapter les moyens pour y parvenir.

Chaque réseau social est différent et suit une logique qui lui est propre. Par exemple, Facebook ne fonctionne pas de la même manière que LinkedIn, ni même que TikTok ou Instagram.

De ces objectifs va en découler une stratégie marketing et vous pouvez vous appuyer sur certaines méthodes, dont la méthode SMART (l’objectif doit être spécifique, mesurable, atteignable, réaliste et temporel), pour l’élaborer.

À vous de déterminer maintenant pourquoi vous souhaitez communiquer sur les réseaux sociaux.

  • Votre visibilité.
  • Votre notoriété
  • Votre expertise
  • La promotion de vos produits ou vos services
  • Trouver de nouveaux clients
  • Fidéliser les anciens
  • Augmenter votre chiffre d’affaires

 

Définissez clairement votre cible

Second pilier de votre stratégie de communication : la définition de votre cible. Quand on décide de s’adresser à un public, il est important que ce message soit reçu et entendu. Pour que vos efforts payent, vous devez savoir très précisément ce que votre audience ou votre communauté veut et attend.

Utiliser les réseaux sociaux ne veut pas dire utiliser TOUS les réseaux sociaux. Tant s’en faut. Choisissez le bon canal et adaptez votre style. Envoyer le bon message, à la bonne personne au bon moment, c’est la clé de la réussite de votre communication !

 

Mettez en place un calendrier éditorial pour chaque média social

Vous avez défini vos objectifs et vous connaissez bien votre cible, il est temps de mettre en place une routine éditoriale au service de votre entreprise. Dans l’idée de ne pas avancer au doigt mouillé, Notion ou Trello sont des outils intéressants pour :

  • noter vos idées ;
  • planifier vos publications ;
  • créer vos visuels ;
  • rédiger vos contenus.

Vous centralisez toute votre stratégie marketing pour mieux la piloter. Cela vous permet de ne pas vous éparpiller entre les fichiers textes, les carnets, les post-its, le téléphone, la tablette, etc. Vous visualisez en un coup d’œil votre ligne éditoriale. C’est bien plus confortable !

 

Publiez du contenu régulièrement sur les réseaux sociaux

Passons maintenant au vif du sujet : la publication de contenu. Selon l’algorithme de chaque réseau social, la fréquence des posts varie pour une visibilité pertinente.

Par exemple, sur Instagram les posts ont une durée de vie extrêmement courte. Il est donc nécessaire de publier plusieurs fois par semaine. En revanche sur LinkedIn, deux posts hebdomadaires peuvent être suffisants. Ce ne sont que des exemples puisque votre stratégie vous est propre, mais cela donne une idée de leur fonctionnement.

Il est, en revanche, évident qu’une présence quasi fantomatique ne donnera aucun résultat.

Attention, les deux règles d’or sont la qualité et le soin. Il s’agit de mettre en avant l’image de votre entreprise. Intéressez les internautes, interpellez-les, proposez-leur une vision différente, mais toujours respectueuse.

Testez, adaptez, écoutez, et surtout soyez régulier. Une réputation se construit sur la durée !

 

Faites vivre votre communauté

Bien souvent, l’algorithme met en avant votre post et observe ce qui se passe les premières heures. Plus vous répondez aux commentaires et échangez rapidement avec les membres du réseau, plus votre billet sera mis en avant.

Sans céder à la loi algorithmique, prenez le temps de discuter avec ceux qui ont manifesté de l’intérêt pour votre publication. Imaginez l’impression que vous laissez si vous postez et qu’ensuite c’est silence radio !

Dans réseau social, il y a… Social. Et cela veut dire beaucoup. Prolongez les discussions en messages privés. Les gens sont comme vous, ils préfèrent davantage discuter de personne à personne, que de se mettre en avant sur une plateforme.

 

Évitez les pièges classiques des réseaux sociaux

Communiquer sur les réseaux sociaux, mettre en place une stratégie web marketing efficace, fédérer des abonnés et une communauté est aujourd’hui indispensable pour toute entreprise. Et pour ne pas ruiner vos efforts en un éclair, voici quelques erreurs à éviter :

  • Automatiser vos messages. Vous aussi vous avez reçu le fameux « Bonjour [nom du client], j’espère que vous allez bien. Nous proposons des solutions… ». Il est horrible n’est-ce pas ? Et oui c’est un robot qui nous parle, pas un humain derrière son clavier. Alors c’est sûr, ça prend du temps de répondre aux messages et aux commentaires, mais c’est gratifiant dans le temps puisque vous créez du lien avec vos abonnés.
  • Publier les mêmes posts sur tous les réseaux sociaux. Comme je vous l’indiquais plus haut. Chaque plateforme a son fonctionnement. Votre audience est donc potentiellement différente. Le contenu que vous lui offrez doit nécessairement être adapté, sinon vous risquez de passer totalement à côté de votre objectif.
  • Rédiger des posts trop consensuels. Comme dans la vie, les futurs clients vont vous choisir pour votre personnalité. Les produits, l’information se trouvent absolument partout, y compris sur le web. En revanche, l’objectif de votre stratégie marketing est de vous permettre de vous différencier et de vous démarquer de vos concurrents. Engagez-vous ! Vouloir plaire à tout le monde, c’est ne plaire à personne.
  • Votre profil est votre page de vente. Si celui-ci est inachevé, c’est un peu comme si vous alliez à une rencontre entre professionnels en pyjama, Charentaises et cheveux en bataille… Ça craint ! Apportez du soin à votre présentation et donnez envie de vous suivre.
  • Inondez de messages à tout va. En agissant de la sorte, vous devenez invasif. Il vaut mieux des messages ciblés et pertinents diffusés régulièrement.

 

 

Les réseaux sociaux sont incontournables. Une stratégie bien pensée portera ses fruits, que ce soit pour engager vos abonnés, faire de la publicité, mettre en avant votre expertise, trouver de nouveaux clients ou augmenter votre chiffre d’affaires. Définissez vos objectifs, ciblez vos prospects, publiez et partagez du contenu de qualité, faites vivre votre communauté. Bref, soyez vous-même, prenez soin de votre image et de votre entreprise et la réussite sera au bout du chemin !

 

 

 

Écologie Numérique : 10 Habitudes Simples à Expérimenter

Écologie Numérique : 10 Habitudes Simples à Expérimenter

Le numérique est partie intégrante de nos vies depuis des années. Au début, petit à petit dans le monde de l’entreprise, puis à la maison pour aujourd’hui être absolument partout, y compris dans notre vocabulaire. Des mots comme virtuel, digitalisation, dématérialisation, cloud, réseaux, email, sont omniprésents. Nous avons pensé que le numérique serait la solution à nos maux écologiques. La réalité est plus complexe. La consommation énergétique ne fait que croître, nos besoins sont exponentiels. Alors que leur appréhension est difficile puisque par essence, invisible, leurs effets sont, eux, tout à fait mesurables. Pourtant il n’y a pas de fatalisme. Il est possible à notre niveau d’enclencher une spirale vertueuse et de limiter notre empreinte numérique autant que possible. Grâce à ces 10 habitudes, expérimentez simplement l’écologie numérique au quotidien !

 

 

Nettoyer sa boîte mail

Nous recevons en moyenne 39 mails par jour dans nos boîtes et pour chacun d’eux stockés, ce sont 10 g d’équivalent CO2 par an qui sont générés. Sachant que 65 mails émettent autant qu’une voiture sur 1 km et que 80 % ne sont jamais lus, la facture énergétique est lourde.

Supprimez les spams et les mails inutiles, désabonnez-vous des newsletters que vous ne lisez pas, videz votre corbeille régulièrement. L’écologie numérique commence ici.

 

Limiter les pièces jointes

À la suite du paragraphe précédent, un mail accompagné d’une pièce jointe peut peser jusqu’à 50 g. Oui, oui, vous avez bien lu ! Elles sont donc à utiliser avec pertinence et parcimonie pour ne pas alourdir sa facture numérique.

Si vous pouvez, préférez un échange par clé USB ou par un site de dépôt temporaire. Si vous travaillez en entreprise, privilégiez le serveur local.

 

Stocker ses fichiers localement

On peut penser que stocker les fichiers et les données sur le cloud, c’est une bonne action puisqu’on mutualise. Perdu ! La consommation d’énergie est entre 2 et 4 fois plus importante en passant par le cloud.

Ce sont les plus gros consommateurs d’énergie puisqu’ils ont besoin d’être climatisés pour fonctionner correctement.

Utilisez votre ordinateur, un disque dur externe pour sauvegarder vos informations. Celui-ci ne consomme rien une fois éteint.

 

Fermer les onglets inactifs

Que celui ou celle qui n’a jamais eu 30 onglets ouverts en même temps me jette la pierre… Personne ? On est d’accord ! Ça nous arrive toutes et tous.

Pourtant voici une astuce très facile à mettre en place. Une fois vos recherches effectuées, pensez à fermer vos onglets et la planète vous dit merci.

 

Modérer les vidéos et les visios

La pandémie et les confinements successifs ont valorisé le télétravail et les réunions à distance. On a découvert les apéros Zoom, les formations en e-learning ont explosé sur le net, le visionnage de vidéos en streaming est devenu la norme.

Or sachez qu’elle consomme plus de 80 % de la bande passante, et représente plus de 60 % du flux mondial de données. C’est gigantesque ! Dans la mesure où la visio et la vidéo sont les éléments le plus polluants, l’écologie numérique exige une sobriété et réflexion quant à leur utilisation.

 

Enregistrer ses sites favoris

La navigation et la recherche sur internet sont parfois fastidieuses et font perdre du temps. Si vous consultez ou travaillez régulièrement à partir des mêmes sites, les enregistrer dans vos favoris est une excellente habitude en faveur de l’écologie numérique.

Selon l’ADEME, en tapant l’adresse du site, vous divisez par 4 les émissions de gaz à effet de serre (GES). Ce serait dommage de s’en passer.

 

Préférer une connexion Wifi

Autre habitude simple à expérimenter : la connexion internet. Aujourd’hui, on peut se connecter de n’importe où, ce qui donne une souplesse très intéressante en termes de travail, y compris d’équipe.

Nous avons évolué vers la 5G, car les réseaux sont vite saturés tant les besoins sont importants. Se connecter en Wifi permet de les soulager et l’alléger sa présence numérique. Ceci vaut également pour les smartphones.

 

Réparer et recycler ses équipements

Notre planète paie un lourd tribut quant à nos équipements. L’utilisation de nombreux métaux, et notamment les terres rares qui entrent dans leur fabrication, nécessite un accès toujours plus facilité. À titre d’exemple, un smartphone est constitué de dizaines de ces métaux dont seulement 17 pourront être valorisés.

Les géologues estiment que les réserves mondiales actuelles ne tiendront pas plus d’une quinzaine d’années. Le recyclage et la réparation sont donc des alternatives intéressantes pour limiter cette surconsommation.

 

Choisir le reconditionné

Dans le même esprit, les appareils reconditionnés sont des choix pertinents quand il est question de les changer. Plutôt que de se munir du dernier modèle à la mode, préférez-en un de seconde main.

L’économie circulaire est certainement celle du futur. En optant pour ce système, vous bénéficiez des mêmes garanties en cas de panne ou de casse, sans avoir créé de déchet supplémentaire.

 

Éteindre et débrancher ses appareils

Dernier point, mais non des moindres, les appareils en veille. Nous n’en avons pas nécessairement conscience, mais ils engloutissent toujours entre 20 % et 40 % de leur consommation en marche.

En les éteignant, voire en les débranchant, vous faites des économies à tous les niveaux : sur votre consommation énergétique, comme sur votre budget.

 

 

 

L’écologie numérique est un vaste sujet qui s’applique non seulement à tous les champs de notre vie quotidienne, mais a aussi des implications politiques bien plus larges. À notre modeste niveau, nous pouvons tous agir pour réduire notre empreinte carbone. La prise de conscience est la première étape. Ces 10 habitudes peuvent vous aider à vous mettre en mouvement si ce n’est pas déjà fait. Réfléchir à nos modes de consommation est devenu un enjeu majeur. Expérimentez l’écologie numérique, c’est réaliser la face cachée de nos nouveaux modes de vie, c’est aller vers davantage de sobriété.