fbpx
Comment devenir un Leader Charismatique grâce à ces 6 Actions

Comment devenir un Leader Charismatique grâce à ces 6 Actions

Avant on avait un chef, un patron, un supérieur hiérarchique. Dans nos vies professionnelles, on a toutes et tous croisé des chefaillons, voire des roquets. Vous savez ceux qui savent tout, qui exigent, qui ne remercient jamais, qui s’octroient les victoires et vous accablent lors des échecs.

Oui je sais, vous le visualisez bien, là ! Mais aujourd’hui, les choses changent, la société évolue et la demande envers les entreprises est très forte. Il ne s’agit plus simplement de représenter une autorité hiérarchique, d’être un bon manager, de diriger une équipe, il faut être un leader.

Mais de quoi parle-t-on exactement ? Qu’est-ce qui fait la différence entre tous ces termes ? Quelles sont les qualités intrinsèques au leadership et en quoi devenir un manager de proximité est un atout indéniable pour vos équipes et votre entreprise ?

Devenez à votre tour, un leader charismatique en 6 actions

 

 

Le leader charismatique a confiance en lui et l’instaure pour les autres

Si vous voulez gérer des équipes et y prendre du plaisir, la base est d’avoir confiance en vous. Accepteriez-vous de suivre un responsable qui regarde le bout de ses chaussures ? J’en doute ! La confiance est le socle de toute relation humaine. Importante dans la vie quotidienne, elle est aussi indispensable dans un contexte professionnel. Que ce soit avec les membres de votre équipe, vos partenaires, vos clients. Rien ne se fait sans confiance.

Inspirer confiance est l’une des qualités essentielles d’un leader charismatique. Cette posture permet aux autres de vous suivre, de vous écouter, de grandir à vos côtés. Car pour mener une équipe à remplir des objectifs selon une stratégie déterminée, il est important de faire adhérer les participants au projet. Ne sous-estimez pas la résistance au changement. Elle peut être très forte, voire dévastatrice. En faisant preuve d’humilité, mais d’une confiance en vous à toute épreuve, vous fédérez naturellement.

De la même manière pour que votre autorité ne soit pas remise en cause à la première occasion, savoir faire confiance est primordial. C’est donner l’autonomie nécessaire à l’accomplissement des tâches et missions affectées, tenir compte des avis, qui peuvent parfois être divergents. Instaurer un environnement de travail serein permet à chacun de s’exprimer librement, de laisser parler sa créativité, laisser émerger les initiatives personnelles comme collectives. Bref, l’entreprise devient performante.

 

Il incarne les valeurs de l’entreprise

Maintenant que la confiance est installée, vous allez pouvoir convaincre et défendre vos idées. Et selon l’expression, pour être convaincant, il faut être convaincu. Si vous agissez en harmonie et en cohérence avec les valeurs qui vous portent, lorsque vous incarnez celles de votre entreprise, vous devenez le phare vers qui on se tourne.

Certaines prises de décision doivent se faire très rapidement, elles sont d’autant plus faciles à trancher quand nous ne sommes pas en conflit avec nous-mêmes. Nos collaborateurs sont donc plus tranquilles, comprennent avec clarté la direction qui leur est proposée. En travaillant la transparence et l’authenticité du discours, votre influence rayonne.

Pour vous aider, voici par exemple les 4 valeurs qui m’animent au quotidien :

  • Le respect de moi-même, des autres, des délais, des engagements.
  • Le courage de prendre parfois des décisions difficiles et de m’y tenir.
  • L’intégrité, car je ne transige ni avec ma parole ni avec mon éthique.
  • La bienveillance, parce que j’aime profondément les gens qui m’entourent et que j’essaie de les aider à développer leurs compétences.

Trouver à votre tour les valeurs qui vous parlent, qui vous font vibrer et mettez-les en avant dans chaque action que vous engagez, dans chaque parole prononcée, faites-les vôtres. Vous verrez que cela fait toute la différence. Il en va de votre légitimité. Le besoin de sens et de reconnaissance passe par-là, c’est la condition de l’investissement de chacun.

 

Le leader élabore des stratégies au service de sa vision

Si je vous demande : « quel est le point commun entre un entrepreneur et un leader ? » Que me répondez-vous ?

Ils sont une vision, vous avez entièrement raison ! Mais la vision n’est pas qu’un simple point de vue, une projection dans le futur. Elle est beaucoup plus complexe que cela. En effet, elle englobe la sphère intellectuelle, mais aussi émotionnelle.

La vision n’est pas limitée en soi. Être leader c’est donc être capable de créativité, agilité, d’innovation. C’est savoir impulser l’élan qui pousse à se dépasser, qui encourage et qui est source de joie.

Vous devez pouvoir rayonner, partager votre vision pour mieux mobiliser les compétences et réaliser les objectifs. Car comment établir des stratégies et les mettre en place si aucune vision ne vient les nourrir ? C’est mission impossible et surtout cela n’aurait aucun sens.

Pour résumer, la vision rallie et rassemble les énergies, les aspirations. Elle engage toutes les parties prenantes, pas seulement vos employés, mais aussi vos clients et vos partenaires : les clients ont confiance dans les solutions que vous leur apportez, votre banquier vous prête de l’argent, car il croit lui aussi en votre projet et comprend votre vision, vos prestataires vous suivent et acceptent des conditions de paiement avantageuses.

Vous l’aurez compris, en étant porteuse de sens, votre stratégie pourra s’appuyer posément sur la mobilisation, tout en facilitant l’engagement organisationnel de tous.

 

Le leader charismatique communique et pratique l’écoute active

Toutefois, pour qu’une vision soit comprise, il faut qu’elle soit énoncée et donc communiquée efficacement à l’ensemble des parties prenantes du projet. Son contenu doit donc être la représentation d’un défi ambition, mais réaliste. Les équipes doivent accepter le changement dans leurs actions, mais surtout dans leur façon de penser.

Pour cela, le leader doit être à l’écoute des retours qui lui sont faits, qu’ils soient positifs ou réticents. Laisser chacun exprimer ses peurs, ses doutes, ses réflexions sans jugements laisse la possibilité à la confiance d’émerger.

Bien sûr, vous trancherez, car il en va de votre responsabilité. Comme nous l’avons vu, tout le monde ne sera peut-être pas absolument convaincu, mais les plus réfractaires ne sont plus des obstacles, voire des saboteurs, pour la seule raison de les avoir écoutés, vraiment écoutés.

La pratique de l’écoute active, art d’écouter sans vouloir préparer la réponse à donner, est un levier extrêmement puissant qui permet de faire passer des idées en douceur et conviction, de créer un climat ou chacun se sent en sécurité.

L’intelligence collective en entreprise n’est pas assez mise en valeur surtout quand elle est pratiquée avec assertivité. Tout ce qu’on déteste chez les mauvais managers et les chefaillons ce sont les ordres donnés uniquement au nom d’une hiérarchie organisationnelle. Rien de pire pour perdre toute crédibilité.

En revanche, si vous vous adressez aux autres avec empathie, mais avec fermeté, vous serez entendu. Si vous savez arbitrer, les conflits sans prendre parti en ayant toujours les intérêts de l’entreprise en tête, vous excluez d’emblée le favoritisme et les injustices. Si vous savez influencer sans imposer vous restez fidèle à vos valeurs.

 

Il fixe des objectifs ambitieux et délègue intelligemment

Savez-vous que la majorité des employés quitte leur entreprise, non pas pour une question de salaire, mais pour des questions relationnelles et de perte de sens dans leurs missions ? Non, et bien ça vaut le coup d’y penser !

Les enchaîner sans en comprendre le sens ni ce qui est attendu est démotivant. Les objectifs énoncés doivent clairs et compréhensibles par tous. Il vaut mieux prendre un peu de temps pour expliquer la globalité du projet que d’administrer les tâches les unes après les autres. Vous incitez chacun à se sentir concerné.

N’oubliez pas, un leader cherche l’adhésion pour viser l’efficacité et la développer la performance et pas uniquement l’exécution. Pour cela, il est impératif de donner les moyens à chacun de remplir les objectifs mission qui lui ont été assignés. La délégation est donc primordiale. Si vous ne savez pas comment faire, voici quelques conseils qui pourraient vous être utiles.

Déléguer ne s’improvise pas, il ne s’agit pas de se débarrasser de ce que l’on n’aime pas faire, mais de mettre en avant les qualités et compétences de chaque individualité. Elle permet de monter en compétence et de s’épanouir. Le petit chef infantilise, le leader responsabilise…

 

Le leader facilite le travail d’équipe tout en assumant ses responsabilités

Être chef d’entreprise ou manager c’est être comme un entraîneur d’équipe de sport collectif. Tout le monde travaille au succès du groupe en s’appuyant sur ses forces. Les victoires et les échecs se partagent. Les petites réunions peuvent alors être l’occasion de célébrer les initiatives personnelles comme les engagements collectifs.

Les neurosciences nous expliquent très bien qu’une mise en compétition stimule l’adhésion et favorise la performance. C’est ce que l’on appelle la reconnaissance. Montrez que les efforts sont vus et mis en avant, voire récompensés. À vous d’être inventif, votre imagination est la seule limite. Pour en savoir plus, je vous invite à lire cet article sur le travail d’équipe.

Comprenez bien, il n’est pas question de faire du favoritisme, mais d’encourager à se dépasser et de proposer une nouvelle façon de voir ou de faire. Si vos équipes se savent écoutées, sans jugement, et libres de s’exprimer, vous pourriez être surpris du résultat. Encore une fois, quand l’intelligence collective est à l’œuvre, elle est très souvent innovante.

 

Même si certaines qualités sont innées au leader, d’autres peuvent s’apprendre ! Les bons leaders charismatiques doivent faire preuve de compétences managériales envers leurs collaborateurs. Ils sont directifs, tout en étant participatifs, doivent fédérer sans imposer, doivent piloter, motiver et responsabiliser.

Ils sont bienveillants et emmènent leurs équipes à remplir les objectifs pour donner vie à la vision stratégique qu’ils ont pour leur entreprise. Le charisme comme l’intelligence émotionnelle se travaillent et s’acquièrent. Les 6 pistes que je vous ai données vont vous aider à proposer un leadership efficace. Et si vous voulez davantage de conseils, c’est par ici que ça se passe !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Gérer l’Administratif de votre Entreprise : Enfer ou Paradis ?

Gérer l’Administratif de votre Entreprise : Enfer ou Paradis ?

On ne va pas se mentir, l’administratif, c’est long, fastidieux, pénible, répétitif, pas valorisant pour un sou.

Pourtant la gestion administrative d’une entreprise est le pivot essentiel d’une société. Sans elle, point de salut. Si vous la laissez à l’abandon parce que c’est une perte de temps, c’est aussi perdre du chiffre d’affaires, des prospects et des clients, voire des membres de votre équipe.

Horreur ! Malheur ! Pourtant des solutions existent. Vous pouvez changer de vision et donc l’envisager sous un nouveau jour. En considérant l’administratif comme un outil de pilotage efficace, vous poursuivez le développement de votre activité sereinement. Surtout qu’avec quelques astuces, ce n’est pas si contraignant.

Alors, pour vous, gérer l’administratif d’entreprise : enfer ou paradis ?

 

S’organiser : point de départ pour gérer l’administratif de son entreprise

 

C’est une discipline qui vaut pour tous les aspects que ce soit dans votre vie privée et surtout dans votre vie professionnelle. Pour être chef d’entreprise ou freelance, vous devez être polyvalent, mais si vous n’êtes pas organisé, vous serez toujours dépendant du contexte, dans la réaction, plutôt que de l’action, voire l’anticipation.

Bref, vous n’êtes jamais libre ni stratégique.

Mais que doit-on organiser concrètement quand on parle de gérer l’administratif de son entreprise ? Ce sont toutes les tâches et formalités obligatoires pour être en conformité avec la législation et avec vos objectifs.

Cela comprend :

  • La comptabilité et la gestion de la trésorerie : éditer et envoyer les devis et les factures, relancer les clients, encaisser les règlements, payer les charges et les cotisations sociales, etc. Voici quelques conseil au sujet de la gestion de trésorerie d’entreprise.
  • Les ressources humaines : administrer les fiches de paie, planifier les absences et les congés, embaucher et licencier, gérer les litiges avec et entre les salariés, s’occuper des formations pour ses équipes, etc.
  • Le poste achat-fournisseur : tenir au mieux ce poste de dépenses et de l’optimisation des stocks qui représente un poids important dans votre trésorerie.

 

Ainsi vous contenez les aléas, car d’une part, vous ne perdez pas d’argent inutilement. En effet, quoi de plus idiot que de perdre des richesses durement acquises par le fruit de votre travail, de vos produits ou de vos services, simplement en ne vous occupant pas des factures et des encaissements ? Limiter le risque d’impayé c’est éviter les pertes financières !

D’autre part, vous gagnez en productivité et en performance. Une bonne organisation opérationnelle rime avec efficacité. En conservant, par exemple, les documents administratifs indispensables dans les meilleures conditions, vous assumez vos responsabilités vis-à-vis de vos partenaires, de vos équipes et de l’administration.

En gagnant du temps, vous gagnez également en sérénité. Vous le savez au fond de vous. Laisser l’administratif s’accumuler, c’est vous encombrer l’esprit. Or un esprit libéré avance tranquillement vers ses objectifs. Rien de plus désagréable que de recevoir des relances de facture, ou d’avoir à traiter une montagne de mails ou de courriers qui vous regarde du coin de l’œil dans la bannette…

 

Planifier pour maîtriser vos échéances

 

Je suis certaine que vous utilisez un agenda pour planifier vos rendez-vous client. Mais le faites-vous également pour vos échéances fiscales et financières ? C’est sûr, c’est moins sexy, mais malgré tout indispensable. Encore une fois, l’enjeu majeur est de conserver votre tranquillité d’esprit pour vous concentrer sur votre cœur de métier. Là est votre valeur ajoutée.

Pour illustrer mon propos. Si vous tenez un plan de trésorerie, ce que je vous conseille fortement, vous connaissez à l’avance les encaissements prévus, les décaissements, vous suivez les flux financiers de votre entreprise. Les surprises sont donc quasi nulles. Bien sûr, il faut faire preuve d’adaptabilité et de flexibilité, mais jamais à votre détriment. Je déteste les trous dans la raquette, et vous ?

Mais cela vaut aussi pour les absences, les congés, les jours de formations, les réunions… Tous ces moments doivent être anticipés. La gestion des plannings est vitale. Votre temps est précieux. Il faut donc faire bien, rapidement tout en réduisant les coûts. Et c’est tout à fait possible. Mais attention, ne confondez pas vitesse et précipitation !

 

Dématérialiser pour gagner de l’argent

 

Nous sommes de plus en plus incités à dématérialiser les documents, même le gouvernement s’y met. Le scanner devient votre nouveau meilleur ami !

Quels sont avantages ?

  • Un gain de place évident. Plus de besoin de nombreuses et grosses armoires remplies de classeurs et autres dossiers qui prennent la poussière.
  • Un gain d’argent non négligeable. Vous diminuez le temps de traitement des documents, les coûts de fournitures comme l’encre, le papier, les classeurs, etc.
  • Grâce au cloud, vous avez accès aux informations immédiatement, quel que soit votre appareil (téléphone, tablette, ordinateur) et vous bénéficiez de tableaux de bord réguliers.
  • Vous êtes conformes à la légalité. Les documents numérisés ont la même valeur juridique que les documents papier, à condition, qu’ils puissent être authentifiés. Aujourd’hui des solutions d’archivage externalisées existent, sauvegardent et sécurisent vos documents dans des conditions optimales.
  • La productivité est augmentée. En passant moins de temps sur ces tâches chronophages et sans valeur ajoutée, vous et vos équipes restez concentrés.

En dématérialisant, vous optimisez votre gestion du temps, vous pouvez vous consacrer à ce qui est important ; C’est l’un des aspects pour gérer l’administratif de son entreprise.

 

Contrôler les finances, c’est s’assurer une bonne santé

 

Gérer les tâches administratives passe obligatoirement par une gestion intelligente de vos flux financiers. Le plan de trésorerie est votre 2d meilleur ami !

Cet outil précieux vous permet de suivre et d’anticiper les entrées et les sorties financières liées à l’activité de votre entreprise. Il vous aide à :

  • Faire face en cas de difficultés financières.
  • Éviter les retards, voire les défauts de paiement.
  • Prévoir les investissements dont l’entreprise a besoin pour se développer.
  • Négocier des prêts bancaires et des moyens de financement adaptés à votre situation.

 

Il vit au rythme de votre activité. Il doit donc être consulté et alimenté régulièrement. Il ne sert à rien d’avoir de beaux tableaux et de jolis graphiques pleins de couleurs, s’ils végètent dans un de vos dossiers.

Le plan de trésorerie prévisionnel est un véritable outil de pilotage qui offre une visibilité détaillée de la vie de votre entreprise sur plusieurs mois. L’utiliser régulièrement, c’est vous assurer une bonne gestion et une bonne santé financière.

 

Déléguer pour mieux piloter et gérer l’administratif de son entreprise

 

Malgré ces différents conseils pour optimiser la gestion de l’administratif, il s’agit d’une tâche qui prend du temps. Et là, la délégation, en tant que travail d’équipe, prend tout son sens. Voici 4 astuces qui vous aideront à déléguer efficacement.

Pour que votre activité se développe, une bonne organisation et un suivi des flux financiers sont indispensables, mais votre temps n’est pas extensible. Alors pour en gagner, vous pouvez externaliser certaines opérations. Auprès d’un cabinet d’expertise-comptable qui se chargera de la partie juridique et fiscale, mais vous pouvez également faire appel à une assistante administrative indépendante pour l’envoi de devis et de facture, le suivi des dossiers, des encaissements et des relances, la préparation de vos événements, la gestion de votre agenda, l’archivage de vos documents, etc.

Ce ne sont que des exemples. Les services sont nombreux et les missions personnalisables. Vous souhaitez les découvrir ? Lisez cet article qui fourmille de conseils.

Grâce à la délégation, vous allez :

  • Piloter votre entreprise et suivre les objectifs stratégiques que vous vous êtes fixés.
  • Avancer sereinement grâce à une organisation, une planification et un suivi qui laissent peu de place à l’imprévu.
  • Bénéficier d’un accompagnement personnalisé.
  • Alléger vos charges en réduisant des coûts de fonctionnement.
  • Passer du temps auprès des gens qui vous sont chers.

Votre vie ne se résume ni ne se réduit à votre activité professionnelle ou à votre société. Il est temps de prendre le temps !

 

La gestion de l’administratif de son entreprise, bien qu’a priori perçu comme un enfer, est absolument indispensable. Que vous soyez dirigeant d’une PME-PMI, d’une micro-entreprise ou que vous soyez freelance, le suivi administratif et financier est au cœur du fonctionnement de votre activité. Mais elle peut devenir un paradis en faisant appel à un service d’assistanat indépendant qui se fera un plaisir de vous soulager des ces tâches et d’en assurer la gestion et le suivi. Pour cela rien de plus simple. Rendez-vous ici et parlons-en !

Gérer sa Trésorerie d’Entreprise : 4 Conseils Précieux

Gérer sa Trésorerie d’Entreprise : 4 Conseils Précieux

Quand on est entrepreneur, que l’on soit en société ou en microentreprise, la gestion de sa trésorerie est une obligation. Une entreprise n’a aucune existence, si elle n’a pas de clients qui paient. Il ne vous viendrait pas à l’idée d’acheter une voiture et de devoir la pousser à chaque déplacement ? Non, évidemment. Et bien pour votre entreprise c’est la même chose ! Mais trop souvent, la gestion de la trésorerie est un point qui est négligé, effectué de façon très archaïque ou superficielle. Pourtant gérer sa trésorerie est crucial, voire vital. Il en va de la pérennité de votre entreprise. Voici 4 conseils précieux pour vous aider à savoir comment gérer votre trésorerie d’entreprise.

 

Gérer sa trésorerie d’entreprise, c’est avoir une vision et savoir anticiper

 

En matière de trésorerie d’entreprise, l’anticipation est la mère de toutes les vertus. On ne dirige pas une entreprise au doigt mouillé, il est donc primordial d’être tourné vers l’avenir, de surveiller que les comptes soient à l’équilibre et de prévoir au plus tôt les flux financiers, c’est-à-dire les encaissements et les décaissements. Et pour cela il existe un outil très puissant. J’ai nommé : le plan de trésorerie !

En formalisant un plan de trésorerie prévisionnel sur plusieurs semaines ou plusieurs mois, vous pourrez identifier et anticiper les difficultés financières, prévenir les décalages et les points de tensions, voire les cessations de paiements. Sachant que ce dernier point est à éviter absolument, s’abstenir de la politique de l’autruche vous donnera l’occasion d’assumer vos responsabilités d’entrepreneur et de mettre en place des solutions adaptées. Mieux vaut prévenir que guérir ! Cela vaut pour votre entreprise, votre moral (votre sommeil) et celui de vos équipes.

Il se bâtit en deux temps :

  • À court terme, vous visualisez les échéances de paiement et vous respectez vos engagements financiers.
  • À moyen et long terme, vous anticipez les coûts de financement pour les minimiser sur la durée et surtout, vous pouvez ajuster vos niveaux d’investissement.

Le plan de trésorerie est un outil vivant. Il évolue et s’actualise constamment. Le tableau ou le graphique utilisé, affiche donc immédiatement toutes les données et informations dont vous avez besoin. Grâce à lui, vous pilotez et développez votre activité en un clin d’œil.

 

C’est aussi faire un suivi régulier des flux financiers

 

Bon maintenant que vous vous êtes doté d’un outil de gestion exceptionnel, vous avez les moyens de piloter et de développer votre activité en un clin d’œil. Mais encore faut-il le regarder régulièrement !

Et oui ça paraît évident, mais si vous ne le consultez pas, il est peut-être très beau avec toutes ces couleurs, mais il ne sert à rien !

Comme je le disais, votre plan de trésorerie est évolutif. Il suit vos flux. Une augmentation de charges imprévues, un investissement anticipé dans du matériel ou un défaut de paiement client et c’est toute votre planification qui est à revoir. Ayez toujours à l’esprit de garder le contrôle et la maîtrise. Votre rôle est de développer votre activité tout en limitant les risques, y compris financiers. Le cas échéant, vous pouvez déléguer cette tâche si elle est trop chronophage.

Les retards de paiement client, voire les impayés, maux français par excellence, sont une menace réelle pour l’équilibre financier de votre société. Une vente reste une créance tant qu’elle est impayée. Donc très basiquement, si vous voulez être réglé rapidement, il faut que vous facturiez également rapidement. En repoussant l’émission d’une facture, vous repoussez d’autant son encaissement. C’est de la trésorerie qui est engagée. Afin de palier toute problématique, y compris commerciale, je vous invite donc à prévoir une procédure de relances qui soit énoncée clairement dans vos conditions générales de vente. Depuis la loi NME, les dirigeants sont protégés par des délais maximum de paiement. Il ne faut donc pas hésiter à faire valoir vos droits et facturer des pénalités de retard si nécessaire. La voie amiable est toujours la meilleure, même s’il faut parfois hausser un peu le ton. En revanche, si la démarche s’avère infructueuse, il y a d’autres recours possibles comme faire appel à un service de recouvrement.

Aguerries à l’exercice, ces entreprises sont souvent très efficaces pour récupérer les créances clients. Étant sans relation d’affect avec le débiteur, elles sont à même d’avoir les bons mots et les arguments qui font mouche pour que le contrat soit respecté.

Si cela ne fonctionne toujours pas, vous pouvez faire appel en dernier recours, à un avocat ou un huissier de justice, qui auront des pouvoirs plus étendus.

Par conséquent pour éviter les mauvaises surprises et les mauvais payeurs, accordez-vous un moment chaque semaine pour vérifier la bonne santé financière de votre entreprise, et notez-le dans votre agenda. En actualisant vos informations régulièrement, cela va devenir un automatisme et prendre surtout très peu de temps. Et comme le temps, c’est de l’argent… Vous avez compris l’idée.

 

Sans oublier de négocier et optimiser les délais de paiement

 

Une autre chose qui va sans dire, mais qui va mieux en le disant : on ne paie pas par anticipation !

Le poste « fournisseur » est un enjeu hautement stratégique. Les délais que vous avez négociés sont faits pour être tenus, même si votre excédent de trésorerie vous permet de vous acquitter de votre facture rapidement. Il en va de la nature de la relation que vous instaurez avec vos fournisseurs et des négociations futures que vous aurez avec eux. Dans votre écosystème, il vaut mieux considérer, vos clients et vos fournisseurs comme des partenaires, mais n’oubliez jamais que des rapports de force s’installent malgré tout et que faire du commerce, que ce soit la vente d’une prestation, d’un service ou d’un produit, c’est, certes, faire de la transaction, mais avant tout de la tractation.

Cela a deux avantages :

D’une part, vous instaurez une relation durable et de confiance. Ce qui est toujours confortable pour négocier des conditions avantageuses.

D’autre part, en négociant des délais allongés, vous compensez votre stock immobilisé ou les retards de paiement de vos clients qui engendrent des décalages de trésorerie. C’est votre BFR (Besoin en fonds de roulement) qui vous dit merci !

 

Gérer sa trésorerie d’entreprise, c’est aussi de diminuer les dépenses non essentielles

Si vous êtes toujours là, c’est que vous avez compris l’intérêt et l’avantage d’un plan de trésorerie actualisé régulièrement. Après les clients et les fournisseurs, pour gérer sa trésorerie d’entreprise, il faut également partir à la chasse aux dépenses inutiles.

Réduire les coûts permet de mieux vous positionner face à la concurrence, mais aussi de préparer votre croissance.

Pour cela vous devez impérativement connaître :

a.      Les dépenses indispensables

Que vous gériez une TPE, une PME ou une microentreprise, ce sont les frais généraux fixes et inhérents au bon fonctionnement de l’activité comme le loyer, le téléphone, Internet, l’électricité, l’eau. Il y a encore les salaires et les charges sociales afférentes, les assurances, les adhésions obligatoires à des organisations professionnelles, etc.

Idem pour le transport ou la sous-traitance, si vous en faites. Ils sont incompressibles, avec une légère tendance à l’augmentation avec le temps !

b.      Les dépenses utiles

Elles sont à considérer comme des investissements. Leurs retombées peuvent être parfois difficiles à mesurer, mais sont importantes et donc utiles. Lorsque vous vous formez, que vous faites des campagnes de publicité ou de communication, vous n’avez pas de retour sur investissement immédiatement, mais il faut envisager ces actions sur le moyen et long terme.

Vous mettez en avant vos valeurs, votre savoir-faire, vos compétences. Vous parlez de vous et de ce que vous pouvez apporter à vos clients.

c.       Les dépenses inutiles

Certains frais ne sont pas nécessaires ou plus d’actualité. Vous pouvez les résilier sans compromettre votre activité. Et vos comptes bancaires s’en trouveront allégés.

La Lutte contre le gaspillage est très efficace, surtout si vos équipes y sont sensibilisées. Vous seriez surpris des économies réalisées. Cela peut représenter des centaines, voire des milliers d’euros !

Le recyclage et la récupération sont de bons moyens de se fournir à bas coûts. Par exemple, vous pouvez acheter installer un photocopieur de la génération précédente. Non seulement il sera meilleur marché, mais en plus, vous n’aurez pas à vous acquitter d’un abonnement mensuel pendant plusieurs années, qui au final, représente une somme non négligeable.

Un dernier point à ne pas oublier : la négociation, toujours la négociation !

Faites un point annuel, comparez et rediscutez vos mensualités d’assurance, vos délais de règlement, etc. La concurrence est un argument féroce à votre avantage. Un fournisseur préfèrera toujours vous octroyer une baisse de prix pour conserver un client avec qui il entretient de bons rapports. C’est une relation gagnant-gagnant et un levier d’économie puissant auquel on ne pense pas toujours.

 

Gérer et améliorer sa trésorerie est une nécessité pour tout chef d’entreprise. Il en va de la survie et du développement de l’activité. Cela ne s’improvise pas et ne se fait pas au jour le jour. Anticiper les difficultés de trésorerie, gérer les flux financiers, effectuer le suivi des encaissements et de chaque décaissement sont une priorité pour la solvabilité de votre société. Pour autant, ce n’est pas aussi contraignant que ça en a l’air. Il suffit d’un peu de méthode et d’organisation et vous verrez que vos efforts porteront leurs fruits. Grâce à un tableau de bord efficace, vous aurez une vision juste de votre situation financière, de l’état de la facturation et de vos charges fixes, de vos recettes et dépenses. J’espère que ces 4 conseils vous auront été utiles, si vous en voulez davantage, contactez-moi.

Le Travail d’Équipe | La Clé de la Réussite Entrepreneuriale

Le Travail d’Équipe | La Clé de la Réussite Entrepreneuriale

Le travail d'équipe

La force du travail d’équipe quand on est Entrepreneur.

 

Les derniers Jeux olympiques ont célébré les victoires exceptionnelles de nos sports collectifs. Ils nous ont fait vibrer, trépider, communier les uns avec les autres. Quelles émotions ! Et savez-vous quel est le point commun entre ces équipes ?

La force du collectif !

En associant des joueurs et joueuses expérimenté(e)s à de jeunes talents, les sélectionneurs ont donné, à tous et à toutes, la possibilité d’exprimer leurs talents et leurs compétences avec pour seul objectif : gagner ensemble. Peut-on en tirer une leçon lorsque l’on est entrepreneur ? La réponse est oui. Il y a énormément de similitudes entre le sport de haut niveau et le monde de l’entreprise. D’ailleurs, je considère que les chefs d’entreprises sont des sportifs de haut niveau. Savoir déléguer et encourager le travail d’équipe est l’une des clés de la réussite. Alors, comment appliquer les méthodes et l’esprit d’équipe des activités sportives pour développer l’esprit d’entreprise ? Suivez-moi, je vous propose quelques pistes.

L’une des clés de la réussite entrepreneuriale est de savoir s’entourer

 

Que ce soit dans les sports individuels ou les sports collectifs, on ne gagne jamais seul. Tout un staff entoure l’équipe ou l’athlète pour un seul but commun : réussir. On a beau avoir la meilleure idée du monde, elle ne suffit pas. Ce qui est important ce sont les conditions de sa mise en œuvre, c’est-à-dire les moyens de la mettre en action. Il en va de même dans l’entrepreneuriat. Et la clé de cette réussite : savoir s’entourer des bonnes personnes.

Un expert-comptable n’est pas uniquement là pour vous délivrer votre prévisionnel, définir la protection sociale la plus adaptée à votre situation ou vos bilans annuels. Il vous conseille et vous accompagne dans le développement de votre entreprise. Un juriste vous permet d’anticiper en vous rédigeant votre statut juridique (EURL, SARL, Sasu, etc.), vos contrats et conditions générales, défend vos droits et celles de l’entreprise, évalue les risques des opérations financières et commerciales. De la même manière, vos salariés, vos clients et prestataires sont des partenaires à part entière et participent, eux aussi activement, au développement de votre société.

Quand on a un projet de création d’entreprise, de reprise ou de croissance, on est motivé et on a des idées à revendre. Pour autant, les journées ne font que 24 heures et vous ne pouvez pas les dédier uniquement à votre activité professionnelle. De plus, vous allez être rapidement mis en face de vos limites, qu’elles soient matérielles, techniques ou intellectuelles. Il va donc être indispensable de faire appel à des personnes extérieures pour passer le niveau supérieur, car s’agit au fond de développer l’esprit d’entreprise et consolider l’efficacité collective.

Par conséquent, la synergie qui existe entre tous les membres de votre équipe va devenir une source de motivation, d’émulation et donc de résultats quantifiables. L’idée devient dynamique !

 

Le travail d’équipe favorise les échanges et les partages

 

Aaahh les rencontres. Le Saint Graal pour rompre sa solitude et échanger. Le choix de devenir freelance ou chef d’entreprise est souvent motivé pour vivre et travailler en adéquation avec ses valeurs, selon sa vision et sa propre gestion du temps. Mais on n’est pas obligé de le faire seul(e). Bien au contraire. Rencontrer, échanger et partager est nécessaire pour ne pas s’enfermer dans une vision qui peut s’avérer à la longue improductive.

Rencontrer des hommes et des femmes qui vivent les mêmes problématiques nous sort de la solitude. Ils nous donnent à voir également une autre façon d’envisager les doutes et les questionnements. Les réponses et les solutions qu’ils y apportent peuvent être source d’inspiration. Les différentes perspectives fournissent de nouvelles informations et nourrissent les réflexions autour de votre activité.

Par conséquent, vous restez toujours le capitaine de votre entreprise, mais rien ne vous oblige à vivre seul(e) cette expérience. Et oui, nous restons des animaux sociaux. Nous avons besoin les uns des autres pour avancer. Sans cela, comment l’homme aurait-il pu découvrir le monde ? Voyager ? Explorer les coins les plus reculés de notre planète ?

Sans la force du groupe, il n’aurait jamais réussi à s’implanter et s’adapter jusque dans les zones plus inhospitalières. Pour votre entreprise, c’est la même chose. Vous vivez une expérience incroyable, alors partagez-la. Que ce soit lors d’événements, de conférences, de temps de travail en coworking ou en pépinière, vous aussi serez source d’inspiration et de solutions pour les autres.

Le Travail d'équipe : Le réseau une force insoupçonnée

Pour réussir un travail d’équipe efficace, penser à la force du réseau qui est une des clés de la réussite

Le réseau, un soutien aux forces insoupçonnées

 

Un autre point souvent négligé, le réseau. Il est difficile pour toute autre personne qui n’entreprend pas de comprendre vos doutes, vos peurs, vos interrogations, vos difficultés, comme de célébrer vos réussites, y compris les plus modestes. Le monde de l’entrepreneuriat a bien changé. Que dis-je ? Il est devenu un univers dont les limites ne cessent d’être repoussées. Et vous savez quoi ? C’est une chance !

Vous avez ainsi l’occasion de vivre votre expérience comme vous le souhaitez, d’innover et de proposer de nouvelles façons de travailler. Les réseaux sociaux, les espaces de travail collaboratif les afterworks, par exemple, sont des occasions importantes pour apprendre tout en lâchant-prise. De même, les CCI, la Chambre des métiers et de l’artisanat, les centres de formalités ont pour raison d’être l’accompagnement personnalisé des entrepreneurs, l’étude de la viabilité des projets et la facilitation de leurs démarches.

Souvent constitués d’anciens chefs d’entreprise, ils ont, eux aussi, osé entreprendre. Ils sont donc à même de comprendre votre état d’esprit. Les parcours de ces hommes et ces femmes, les informations et conseils promulgués peuvent être des accélérateurs de performance. Le plan de financement, la demande de subvention ou d’aides financières n’ont pas de secret pour eux. Ils seront donc ravis de vous aviser et vous guider.

D’ailleurs, la psychologie nous enseigne que les autres nous sont bénéfiques et notamment sur nos performances. C’est ce que Norman Triplett, psychologue de la fin du XIXe siècle, appelle le « phénomène de facilitation sociale ».

En s’interrogeant sur les résultats des coureurs cyclistes (tiens, tiens, encore du sport), il relève que ceux-ci ont de meilleures performances lorsqu’ils sont plusieurs que lorsqu’ils sont seuls. Après de nombreuses expériences, il en déduit que la compétition, la présence et la confrontation à d’autres cyclistes augmentent les succès individuels et ont donc une influence positive sur le comportement et la posture des sportifs.

Appuyez-vous sur l’expérience et les parcours d’entrepreneurs expérimentés, échangez, discutez, partagez. Créez autour de vous un écosystème entrepreneurial, vous en ressortirez grandi et vous contribuerez à faire grandir les autres.

Le travail d'equipe Réussir à Déleguer efficacement

Le travail d’équipe  :  Déléguer efficacement !

Le travail d’équipe et la délégation : les clés de la réussite

Maintenant que vous avez mis en place différentes actions pour avancer sereinement, vous êtes prêt(e) à déléguer. Mais pour que cela fonctionne, il n’est pas question de la faire n’importe comment. Il y a des règles à suivre pour réussir à déléguer efficacement.

Peu importe votre forme juridique ou votre régime social. Que vous soyez en microentreprise ou en société, l’esprit entrepreneurial, pour perdurer, se base sur des idées et des projets innovants. Mais plus votre activité se développe, plus vous devez multiplier les actions et les tâches pour continuer d’avancer. Or malgré vos multiples talents, vous n’êtes ni omnipotent(e), ni omniscient(e). Faire appel à des compétences extérieures s’avère profitable. La délégation n’est pas une perte de contrôle. Bien au contraire, vous retrouvez du temps et de l’énergie pour vous concentrer sur votre cœur de métier. Votre motivation se trouve ainsi re-boostée pour continuer l’aventure.

En s’entourant des bonnes personnes, la délégation est un atout majeur et devient un instrument essentiel de la croissance de votre société. C’est le secret des entreprises innovantes ! Elles essaient, testent et expérimentent en permanence, se remettent en question pour que les retours d’expérience soient intégrés pleinement à l’ambition partagée par tous.

Il vous faudra alors faire confiance. Sans elle, il est impossible de déléguer. Mais rassurez-vous, cela s’apprend et rien ne vous oblige à tout déléguer d’un seul coup. Rappelez-vous qu’elle sert le groupe et qu’en cela elle apporte sérénité et permet l’émergence de la créativité. Quand vous déléguez, vous embarquez avec vous d’autres personnes bourrées de talents et de compétences dans votre projet. Elles ne seront prêtes à vous suivre qu’à la condition de comprendre votre vision, le sens que vous mettez dans votre projet et la confiance que vous leur témoignez. Elles aussi vous font confiance. Le résultat : un partenariat gagnant-gagnant, une véritable collaboration.

 

Ainsi, le point de départ d’une entreprise trouve souvent son origine dans une idée, une envie, un élan individuel. Mais elle se développe et se conforte auprès des autres. On ne réussit jamais seul(e), que ce soit dans la vie, dans l’art, le sport. Et le monde professionnel n’y fait pas exception. Les autres ne sont pas toujours l’enfer, comme le disait Sartre, ils sont également source d’enthousiasme, d’énergie, d’idées et de créativité.

Être seul(e) n’est pas une fatalité lorsque l’on est entrepreneur. Savoir s’entourer est vital. La psychologie nous enseigne que nous sommes plus performants au contact de nos congénères. Ils nous poussent à nous dépasser. Ne vous vous isolez-pas. Au contraire, la force du groupe, le travail d’équipe sont la clé de la réussite entrepreneuriale.

Alors, contactez-moi et voyons ensemble comment mettre en place les conditions permettant d’entreprendre et de grandir !

 

 

Réussir à déléguer efficacement ? 4 règles à suivre

Réussir à déléguer efficacement ? 4 règles à suivre

Réussir à Déléguer Efficacement | 4 Règles à suivre

 

 

Vous êtes doté d’une intelligence puissante ? Vous avez un charme fou ? Votre charisme illumine tous ceux que vous rencontrez ? Et vos compétences professionnelles ne sont plus à démontrer ? C’est parfait ! Mais… Vous n’êtes pas une machine. Et oui, vous ne pouvez pas tout faire ni être bon partout. Pour votre réussite et celle de vos partenaires, il va falloir déléguer !

C’est vrai, il n’est pas aisé de savoir confier certaines tâches, car la délégation est souvent associée à une perte de pouvoir et de contrôle. Pourtant elle a de nombreux avantages si elle est pensée et bien organisée. Elle est une compétence indispensable pour tout manager ou entrepreneur, et un des leviers puissants de performance et de productivité.

En outre, elle vous donne l’occasion d’exprimer votre leadership et de proposer un management efficace. Alors, voici les 4 règles à suivre pour vous aider à réussir à déléguer efficacement.

 

 

Réussir à déléguer efficacement : Déléguez des tâches, pas vos responsabilités

 

Le choix de devenir entrepreneur se base souvent sur une envie d’être libre et de faire selon son bon vouloir. Pour autant, ce que l’on oublie souvent, c’est que plus l’activité se développe et prend de l’essor, plus les tâches deviennent chronophages, sont une charge de travail supplémentaire et s’éloignent de notre cœur de métier.

Déléguer devient alors indispensable. Mais que l’on soit chef de projet, manager ou chef d’entreprise, on a souvent peur de perdre le contrôle, peur de perdre du temps à expliquer, peur que les missions ne soient pas correctement réalisées. Bref, en management, apprendre à déléguer n’est pas chose facile.

Mais qu’entend-on exactement par déléguer et que délègue-t-on ?

Si l’idée de déléguer vous procure des frissons, apprenez à comprendre vos freins et vos peurs. Ayez toujours à l’esprit que vous déléguez certaines tâches et non vos responsabilités. En confiant un dossier, votre administratif ou votre communication, vous vous faites épauler, vous impliquez votre équipe, mais vous ne donnez jamais les clés de votre entreprise. La stratégie et les objectifs sont de votre fait.

Vous conservez votre pouvoir de décision. C’est vous qui ouvrez la voie et qui guidez. Et grâce à la délégation, vous partagez cette vision, vous la communiquez. Comme vous ne pouvez pas être au four et au moulin, et malheureusement vous n’êtes ni omnipotent ni omniscient, déléguer des missions permet donc d’aller plus vite en impliquant vos collaborateurs.

En déléguant, vous vous libérez de la charge mentale et du temps que vous pouvez ensuite investir sur des missions qui requièrent vos compétences et vos savoir-faire. Identifiez vos points forts et vos limites. Savoir déléguer est une qualité managériale indéniable. C’est savoir faire appel à meilleur que vous et pour cela, il faut apprendre à bien se connaître.

Pour que le processus de délégation se passe bien, non seulement il faut concevoir qu’il s’anticipe, mais qu’il s’appuie aussi sur la confiance. Réussir à déléguer efficacement certaines tâches doit se faire de façon organisée.

 

Réussir à déléguer efficacement :  faites confiance

 

Ça y est, vous avez fait le tour, vous savez ce quelle tâche vous souhaitez déléguer. Vous êtes sur le bon chemin. Maintenant il va falloir lâcher prise ! Pas simple, n’est-ce pas ? Mais vous ne laissez pas les clés à un inconnu. Avant de déléguer, prenez le temps et apprenez à connaître vos futurs partenaires. On ne délègue pas n’importe quoi à n’importe qui n’importe quand.

Entourez-vous de collaborateurs de confiance et contrôlez les missions que vous leur confiez. Chaque fois que vous déléguez l’exécution d’une tâche, vous gagnez en efficacité. Choisissez donc des partenaires ayant les compétences requises et accompagnez-les à en développer de nouvelles.

Manager son équipe, c’est organiser le travail, savoir gérer et encadrer chaque collaborateur, lui confier des responsabilités et fédérer autour d’un projet commun avec enthousiasme. Pour autant la confiance n’exclut pas le contrôle, mais n’y passez pas votre temps. L’objectif est de prendre du recul, de vous libérer du temps et du stress, pas de vous en rajouter.

Dans le cas contraire, vous ne réussirez qu’à inspirer de la méfiance. Faire confiance, ça s’apprend. Alors, allez-y petit à petit. Rien ne vous oblige à tout déléguer au risque de laisser penser que vous vous débarrassez de la mission que vous transférez. Il ne s’agit pas de se décharger, mais d’être plus efficace et de prioriser.

 

Réussir à déléguer efficacement : Clarifiez les objectifs et les résultats attendus

 

Si la délégation consiste à transmettre un peu de son pouvoir, l’étape cruciale est de définir quel est ce pouvoir. Et pour cela, il est important de comprendre que votre pouvoir n’est autre que la vision que vous avez de votre projet.

 

Pour rappel, une vision c’est :

  • un travail de préparation ;
  • un plan d’action très précis ;
  • un objectif clairement défini.

 

Sans cette vision, il est impossible de :

  • planifier le travail ;
  • établir des priorités ;
  • fixer des objectifs ;
  • gérer le temps ;
  • bien communiquer les instructions ;
  • clarifier les besoins ;
  • contrôler que le travail effectué est conforme à ce que vous attendez ;
  • développer les compétences ;
  • motiver son équipe
  • assoir sa crédibilité dans la délégation de la tâche confiée.

 

Une fois ce travail de clarification effectué, et seulement après, vous pourrez transmettre les informations à vos collaborateurs. Et oui, pas avant ! Car ils ne sont ni devins ni omniscients. Vous devez être sûr que vos directives sont suffisamment claires pour être comprises et effectuées.

Pour cela, vous devez également accepter de passer du temps à expliquer de manière détaillée votre vision et le résultat attendu. Ce temps est nécessaire, car il permet à votre collaborateur d’assimiler les tenants et les aboutissants de sa mission, mais aussi d’améliorer votre discours pour qu’il devienne de plus en plus fluide au fil du temps.

 

Pour que la confiance s’installe progressivement, il est aussi indispensable de contrôler l’activité, et non le collaborateur. Il vous faudra donc :

  • définir et mettre en place des indicateurs pour gérer la qualité et maîtriser les délais ;
  • développer des tableaux de bord, un CRM, un outil collaboratif pour que chacun puisse y avoir accès et travaille en équipe ;
  • concevoir un planning afin de visualiser rapidement les tâches, les échéances et mener à bien les missions.

 

Une fois ces actions mises en place, vous constaterez que deux points positifs se dégagent très rapidement. D’une part, vous aurez créé de la confiance, de la cohésion et de l’engagement. Vous aurez donc bâti un véritable partenariat.

D’autre part, réussir à déléguer efficacement, vous permet de gagner du temps également. Ce temps précieux que vous cherchiez depuis si longtemps pour vous concentrer sur votre cœur de métier.

 

Réussir à déléguer efficacement : La clé ? Restez à l’écoute.

 

Enfin, la dernière règle, mais non la moindre pour que la délégation réussisse efficacement : l’écoute active.

Le rôle du manager ou du dirigeant ne se borne pas seulement à savoir gérer son temps et » assigner des tâches aux membres de son équipe. Il doit permettre l’émergence des motivations de chacun.

Il faut du temps pour intégrer les informations, distinguer les étapes et atteindre l’objectif de chaque mission. Il est donc essentiel se rendre disponible pour faire le point régulièrement, répondre aux interrogations et lever les freins pour que l’environnement de travail soit serein et créatif.

Ce temps passé auprès de votre collaborateur ou de votre freelance sera bénéfique à long terme. Il vous permet de reformuler vos attentes, de motiver, impliquer et responsabiliser votre partenaire, et de comprendre ses besoins en formation le cas échéant.

La pratique de l’écoute active est un réel atout pour pouvoir déléguer. Elle permet d’avoir une attitude et un discours positif. Et délivrer un message authentique a le formidable pouvoir de disposer son interlocuteur dans une position constructive. Il sera alors dans de bonnes dispositions pour accomplir efficacement son rôle et entendre les axes d’amélioration quand ils seront notifiés.

Car être positif demande aussi d’être honnête. C’est la condition indispensable pour gagner en efficacité.

La bienveillance ne s’énonce pas, elle se manifeste. En étant ouvert et disponible, vous multipliez les occasions d’échanger et de permettre à votre interlocuteur d’exprimer pleinement et librement ses idées sans la crainte d’un jugement.

Programmez un débriefing régulièrement et vous recevrez des feed-back de qualité qui vous aideront vous aussi à améliorer vos capacités managériales.

Il s’agit d’une véritable qualité, qui peut être innée chez certain, mais qui demande toujours un travail constant. Et au vu des bénéfices, il serait dommage de s’en priver !

 

Vous l’aurez compris, réussir à déléguer efficacement s’apprend et se pratique avec méthode et organisation. Que vous travailliez en équipe avec des salariés ou des freelances, la délégation est un enjeu et un atout majeur, qui permet de responsabiliser son équipe de travail, de mieux gérer et d’organiser son temps, de motiver ses collaborateurs.

En choisissant les bonnes personnes, vous déléguez certaines tâches qui sauront les mobiliser et les impliquer dans vos différents projets. La confiance est alors le socle sur lequel votre vision pourra grandir.

Alors, plus d’excuse, contactez-moi et discutons de ce que vous pouvez réussir à déléguer efficacement !

 

DEViens UNE ENTREPRENEUSE ZEN !

TRAVAILLONS ENSEMBLE !